Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 08:52

Comme chaque début de saison, l'association a participé au marathon-relais de la vie. Des kilomètres parcourus sans chronomètre pour la bonne cause. Isabelle, Loïc, Enguerrand, Christophe, Pierre et Nicolas ont représenté Courir à Vezin.

MARATHON DE LA VIE 2017
MARATHON DE LA VIE 2017
MARATHON DE LA VIE 2017
MARATHON DE LA VIE 2017
MARATHON DE LA VIE 2017
MARATHON DE LA VIE 2017
Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 08:59
MARATHON DE COPENHAGUE 2017

 

Courir à Vezin, par l'intermédiaire de Nico, a franchi la frontière française pour prendre la direction de Copenhague. Pour son 19ème marathon son choix s'est porté sur celui de la capitale Danoise. Probablement une envie de découvrir cette capitale et ses belles Danoises !

 

 

 

"Après Dublin en 2015, Mallorca l'an dernier, mon marathon "annuel" hors des frontières françaises, s'est déroulé cette année à Copenhague, au Danemark. Arrivé la veille dans la capitale danoise, j'ai galéré un peu pour récupérer mon dossard, à "seulement" 4 bornes du lieu de départ de l'épreuve. Bref, cela fait partie des aléas du direct et permet de se mettre dans le bain de la langue scandinave, heureusement sauvée par les restes de mon anglais scolaire ! Pour un départ à 9H30, j'avais choisi de me lever tôt, c'est à dire vers 6H00, mais... l'énervement ou le stress ont préféré m'attribuer une nuit courte et pas récupératrice, puisqu'entre-coupée de phases bien éveillées. Un p'tit déj sur le pouce dans la chambre d'hôtel et "hop", direction l'aire de départ, à environ 2kms, histoire de s'échauffer un peu avant de prendre place dans le sas de départ, en compagnie d'autres athlètes, notamment quelques tricolores. N'ayant pas de dossard "élite", je réussis à me glisser au plus près de la start-line pour qu'à 9H30 pétantes je franchisse la ligne à seulement 2 secondes des stars. L'ambiance est excellente, la foule des grands jours est réunie tout au long du parcours pour applaudir près de 9000 participants, dont une dizaine d'handisports, partis quelques mètres devant. J'essaie de me freiner car l'allure est un peu élevée même si, il y a encore quelques années je prenais un départ bien plus rapide. Je me sens plutôt bien même si mon tendon gauche me lance un peu à chaque rebond. J'ai beau essayer de l'occulter, il revient sans cesse à la charge. Les kilomètres passent et toujours sous les claps des spectateurs très nombreux dans cette ville du vélo, je maintiens une bonne allure entre 4'45 et 4'55 au kil. 5, 6, 7... j'ai à peu près 2 minutes d'avance sur mes prévisions alors je tente de freiner mais ce n'est pas évident vu l'ambiance et la beauté du décor. La musique est sans cesse présente, des pom-poms girls, des gymnastes, des danseuses de carnaval, des DJ's ou encore des groupes de rock sont répandus sur le circuit pour notre plus grand plaisir. En moins de 49 minutes je boucle le 1er 10 kils, plutôt bien même si je sais que le plus dur reste à venir. La température commence à augmenter sous le soleil qui brille de mille feux. 11, 12, 13, à part la douleur tendineuse qui refuse de me lâcher, tous les voyants semblent au vert. 15, 16, 17... ça se complique dans une portion un peu plus "calme" et excentrée du centre. Le public est moins dense et la montée vers le pont m'a fait mal aux canes. Ma réserve d'Hydrenergy 4 est chaude, la gorge s'assèche très vite et les canes commencent à flancher. Le chrono passe progressivement au-dessus des 5'00 au kil puis 5'15. Je m'accroche malgré tout pour tenter de rester dans la course.18, 19, 21 et je passe le semi en 1H46 ce qui, pour le niveau actuel reste un peu trop élevé mais bon on ne sait jamais, on peut être dans un bon jour ! Mais si le s'mi veut dire la moitié de fait, il veut dire aussi qu'il en reste autant. L'allure ne cesse de régresser depuis 4 bornes et là, la tête commence à gamberger, ce qui ne présage rien de bon. Ma "petite" expérience dans le domaine des épreuves de sport longue distance me le rappelle trop bien. Les "si" commencent à fuser : si je cours à cette vitesse là je vais mettre 3H35, voire 40, mais vu que je commence à tirer sur la corde je vais encore ralentir donc mettre plutôt 3H45, ou même 3H50. Je n'ai pas le choix de maintenir cette allure mais entre le "papier" et la réalité c'est la dernière évoquée qui l'emporte ! Le garmin s'attarde vers 5'30 puis 5'45 au kil et là le mental n'a plus la main. Près de 27 kils de mangés et là, c'est le "drame"... on repart sur la boucle du départ et quand on sait ce qui nous attend ça entame encore le moral sous ce soleil qui tape bien désormais. A chaque ravito je m'arrête pour me saisir de gobelets d'eau de de "HIGH5" et les avaler en marchant vite. L'allure est complètement aléatoire ; la discussion avec ce coureur portugais me fait reprendre un peu de pêche entre 5'05 et 5'15 mais après 800 mètres je le laisse s'envoler pour retomber aux alentours de 6'00 voir 6'15. Je compte, je calcule mais le résultat est sans appel, 3H55 c'est foutu à cette allure, 4H00 ce sera dur. Psychologiquement je me rends compte que je vais encore mettre plus de 4 heures et même si je refuse de l'accepter je n'ai plus assez de niaque pour m'y opposer.32, 33... 36, 37... Je me dis qu'il faudrait au moins ne pas dépasser les 4H10 mais pourrai-je le faire ? Pas sur. La ville a beau être belle, les spectateur enthousiastes même si moins nombreux désormais, je puise dans l'envie de finir pour essayer de conserver mon allure, tristement tragique, allant parfois au-dessus des 7' au kil. Je flanche l'espace de quelques centaines de mètres en marchant avant de reprendre la course pour tenter d'honorer ce dossard qui m'a été offert. 39,40, le ballon des 4H00 me double et un gros doute s'installe puisque mon chrono est à 3h55. Soit le gars s'est planté dans son allure, soit mon garmin a buggué, parce que faire 2 kilomètres en 5' pour franchir la ligne dans les délais c'est comme qui dirait IMPOSSIBLE ! J'en parle au meneur d'allure en anglais mais à part me taper dans le dos pour m'encourager, il reste muet sur sa réponse. On va dire qu'il ne comprenait que le danois, lol. Je m'accroche au groupe environ cinq cent mètres avant de décrocher pour reprendre mon allure ralentie. 41ème, on est sur le pont du départ avec en vue sur la droite la finish-line. Je saisis un drapeau rouge et blanc, bel emblème du pays tendu par un spectatrice et décide de finir comme j'ai commencé, à une allure soutenue.Tant pis pour les jambes et les tendons, après ils auront le temps de se reposer. Je profite de la descente du pont pour accélérer encore en allongeant la foulée. Je commence à doubler quelques athlètes, supporter par les applaudissements d'une public redevenu dense et motivé. Je grappille encore une place, puis 2, 10, et au moins une vingtaine avant d'inciter le public à donner de la voix. Mon allure est passée de 7'00 au kil à 3'55 au moment de franchir la ligne, comme quoi le corps fait bien ce qu'on lui demande, par moments !"   Nico

MARATHON DE COPENHAGUE 2017MARATHON DE COPENHAGUE 2017
Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 12:53

 

Un nouveau marathonien dans l'association ! Bravo Jaouad !

MARATHON DE TOURS 2016

"Le dimanche 18 septembre, j'ai participé au marathon de Tours. Une première expérience sur une distance que je ne connaissais pas du tout. Sous un ciel nuageux, le départ avait lieu de la place Anatole France, sous les applaudissements des Tourangeaux venus nombreux nous encourager. Nous avons quitté Tours pour emprunter le circuit vélo de la Loire, direction Villandry et son château ! (21km), puis Berthnay pour atteindre le fameux kilomètre 30. Le retour vers Tours nous a fait visiter les villes de Berthnay, St Chenouph et La Riche. Les 30 premiers kilomètres, l'objectif était de tenir le rythme et surtout ne pas laisser filer les 2 meneurs de course. Chose qui a été faite. Au 30ème km ça a commencé à piquer derrière la cuisse droite. J’ai du réduire mon allure et essayé de masser comme je le pouvais. Les meneurs commençaient à s'éloigner de plus en plus .Après 2 ,3 km, j’ai relancé et j’ai repris mon allure de début de course et plus de signe des ischios jambiers jusqu'à la ligne d'arrivée. Il y avait une bonne ambiance dans les différentes communes traversées par le marathon, des spectateurs qui applaudissaient en scandant le prénom des participants (les dossards étaient nominatifs), des groupes de musique sur le parcours et plusieurs points de ravitaillement avec tout ce qu'il fallait. Bref une belle organisation. Malgré les douleurs à la fin,  j'ai passé une agréable matinée couronnée par un premier chrono au marathon de 3h21'28"et surtout un bon restaurant(j’avais très faim. Merci encore une fois pour vos encouragements !"    Jaouad.

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 09:43
MARATHON VERT 2015

En ce 25 octobre ensoleillé, trois Vezinois ont pris le départ de cette distance mythique en course à pied pour passer en dessous des 4 heures pour Sonia ou pour terminer dans les meilleures conditions pour les deux nouveaux quinquagénaires.

MARATHON VERT 2015

"Merci à tous pour vos encouragements et vos messages. Comme dit Isabelle, c’est une belle association, je lui souhaite longue vie dans cet esprit. Depuis Montgermont jusqu’à la dernière côte avant l’arrivée, vous avez été présents sur le parcours. J’ai loupé Ludo, dommage … A Pacé, j’ai carrément fait des jaloux, les coureurs à côté de moi croyaient que j’étais la star locale ! Eh non, simplement membre de Courir à Vezin. En tout cas, cela fait du bien, ça booste et on en a besoin. Toutes les aides ont été les bienvenues et ont contribué à notre préparation, notamment le super plan d’entrainement de Martine contre lequel on a pesté les 1eres mercredis et les conseils de Steve, sur l’alimentation avant, pendant, après entrainements et course. Deux conseils de Martine m’ont particulièrement aidée, surtout pour le 2ieme semi. Je vous les livre si cela peut servir à d’autres. Les mots ne sont pas exactement ceux prononcés par Martine, mais l’esprit est là : - Ne t’installe pas dans un rythme ronronnant de footing, c’est une course, bouge tes fesses ! - Essaie toujours de dépasser le coureur qui est devant toi !

Mes impressions sur le marathon :

- le parcours n’est pas extraordinaire, surtout la 2ieme partie. On traverse des zones urbaines, artisanales et industrielles plutôt moches, il y a pas mal de faux-plats, beaucoup de voitures et de gaz d’échappement (pour un marathon vert, c’est moyen). Mais le temps était superbe et l’ambiance agréable, les bénévoles super gentils aux ravitos et du monde tout au long du parcours. Les sensations ont été plutôt bonnes jusqu’au 30ieme après ça c’est dégradé doucement mais surement. C’est là que je me suis accrochée aux 2 conseils de Martine, surtout que j’avais le meneur d’allure des 4h pas loin derrière et la hantise qu’il me rattrape. J’ai fini beaucoup plus difficilement que mes précédents marathons, peut-être à cause de mon entrainement raccourci par une tendinite au genou et peut-être aussi parce que je me rapproche de la catégorie vétéran 2 ! En tout cas je suis super contente d’être enfin passée sous la barre des 4h. J’espère que d’autres dans l’association vont tenter l’aventure. Le plus dur c’est de s’inscrire ! L’entrainement à plusieurs est stimulant, on partage les kms mais aussi nos doutes, nos craintes, nos progrès. Et finalement traverser ensemble le village du marathon pour récupérer nos dossards puis se retrouver toujours ensemble dans le sas de départ sont des étapes excitantes et des beaux moment de partage. Après c’est une victoire sur soi-même dont on est fier, quelque soit le chrono."    Sonia

MARATHON VERT 2015

"Départ dans l'inconnu dimanche matin, un peu de stress mais finalement une folle envie de m'élancer. Superbe temps. Après un départ dans le sas des 4h15 (le dernier sas à priori!), on se lance avec envie pour cette nouvelle aventure (Isabelle et moi). Sonia étant déjà bien plus expérimentée. Après 3 km, nous voyons s'enfuir notre gazelle. Isabelle et moi, nous nous sentons très bien, calés derrière le meneur d'allure des 4h15. Trop bien peut être puisque je quitte ce nid douillet pour passer au 10km en 1h02 (tranquille je dirais !). Merci aux copains d'être là au rond point de Cora, où je me sens super bien et je sais qu'Isa est bien aussi derrière. Jaouad m'accompagne du 15e au 20e kilomètre, je ne me sens pas encore fatigué et je passe au 21e en 2h08. Mais voilà, mon coach de l'instant me dit bien de ne pas rester seul et c'est malheureusement ce qui m'arrive assez vite après le semi. Au 24e, c'est le début de la cata, seul, plus rien à boire (et j'ai soif!), je commence la journée galère. Je me fais passer par Isa au 28e (bravo encore à toi pour cette course pleine de sagesse!) et j'arrive péniblement au 30e où m'attend Pascal. Sincèrement j'ai eu envie d'abandonner mais il me motive, ne me lâche pas, me prodigue des supers conseils et j'y crois de nouveau. Je m'arrête pourtant une fois, deux fois, dix fois au moins et il m'encourage jusqu'au bout de la souffrance, j'ai des jambes en bois, une nuque raide, un dos en délicatesse mais j'y crois encore un peu. Dans ma tête, je me dis que c'est possible: 32, 33 puis ravito au 35e et là encore envie d'abandonner mais Pascal me parle, de tout d'ailleurs pas forcément de course, de marathon, non il me parle de ce que j'aime, de mon quotidien et nous voilà au 39e presque comme par magie! je dois alors courir à 5km/heure mais je sais à ce moment là que j'irais au bout. En plus il fait toujours aussi chaud et on double des gens plus mal que moi. Putain, ça motive! Ludo, Isa et Loïc m'offrent un final de rêve sur tapis vert s'il vous plaît. Le temps, je m'en fous, je finis dans l'euphorie ! Après la ligne, je craque et je me dis que c'est le premier et le dernier. 24h après : à quand le prochain? Et si on se complaisait dans la douleur ?"   Christophe 

MARATHON VERT 2015

"J'ai débuté la course à pied il y a quelques années parce que je voulais continuer à pratiquer une activité sportive après l'arrêt du basket qui m'a occupé une trentaine d'années. Les premières séances furent difficiles ! Avec les entrainements, de nombreux conseils et de la tenacité, j'ai commencé à prendre plaisir à courir. De là à courir un marathon, c'était impensable pour moi ! Et un jour, dans un moment de faiblesse, j'ai craqué et je me suis inscrite au Marathon Vert. Christophe, je te remercie de m'avoir embarquée dans cette aventure ! A la rentrée, les choses sérieuses ont commencé avec un plan concocté par Martine. Je le trouvais plutôt indigeste ce programme ! Je ne vais jamais pouvoir parcourir autant de kilomètres ! Elle veut ma peau ou quoi ! Heureusement, à plusieurs ça passe beaucoup mieux ! On s'encourage, on doute, on en bave mais on y arrive ! Et enfin, c'est le jour J ! Je m'étais fait un film et bien tout ne s'est pas passé comme prévu. D'abord, je pensais ne pas dormir la nuit précédente et bien j'ai dormi presque normalement. Comme prévu j'ai suivi le meneur d'allure des 4 h 15 pendant les 10 premiers kilomètres mais comme il a abandonné, j'ai donc couru comme je le sentais. Au rond point de Pacé, le fan-club était là ! C'est motivant, euphorisant mais il ne faut pas s'emballer ! J'ai continué sur le même rythme. J'ai perdu de vue Christophe, mais je ne me suis pas affolée. Steve et Franck m'ont accompagné jusqu'au semi et j'ai essayé de suivre leurs conseils mais pas facile quand on est dans la dernière partie des coureurs de courir en groupe. Je me suis retrouvée seule jusqu'à St Grégoire. J'ai accroché un duo et je me suis mise à l'abri, toujours sur le même rythme. J'ai couru avec Jésus pendant quelques minutes et là miracle j'ai récupéré Christophe qui était en difficulté. Je lui ai dit de s'accrocher, de me suivre mais il était dans le dur ! 30ème, je retrouve Emmanuelle, je suis contente et toute étonnée d'être là dans un temps correct. Il ne me reste plus que 12 kilomètres ! 4 H 15, c'est jouable ! 35ème, c'est plus la même chanson ! Je ne dis rien mais je commence à avoir mal aux cuisses et surtout je sens que mon pied droit est en feu ! Le parcours dans Beaulieu est éprouvant, peu de monde et des bosses qui durcissent les muscles ! Dernière interminable ligne droite, je sais que je vais y arriver, j'alterne donc marche et course de "tortue". Les derniers kilomètres de pavés dans la ville sont pénibles pour mes petons ! Je suis soutenue par ma famille, des amis, les nombreux membres de l'association et par des inconnus ! Leurs encouragements me mènent vers l'arrivée ! C'est fait, je fais maintenant partie du clan des Marathoniens ! Maintenant, je peux aborder la cinquantaine en toute quiétude, je suis apte à tout surmonter, même un nouveau marathon !

Merci à tous pour vos conseils et vos encouragements !"     Isabelle

 

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 20:04

 

Le début de saison pour Courir à Vezin rime toujours avec Marathon de la Vie, c'est incontournable ! Quatre équipes ont participé avec joie à cette course pas comme les autres. La performance n'a aucune importance, seule la participation est primordiale ! Le soleil était là ainsi que la bonne humeur. Encore un beau Marathon de la Vie.

MARATHON DE LA VIE 2015

Le marathon de la vie est l'occasion de retrouvé des coéquipiers, des amis, des membres de sa famille, des collègues de travail et des inconnus pour courir pour la bonne cause. C'est le début de saison, on se teste, on souffre, on discute, on rigole, et à l'arrivée on a bien mérité de se rafraichir !

JAOUAD RECHERCHE GAELLE QU'IL NE CONNAIT PAS ENCORE !

JAOUAD RECHERCHE GAELLE QU'IL NE CONNAIT PAS ENCORE !

MARTINE A LA BUVETTE ! IL FAIT SOIF !

MARTINE A LA BUVETTE ! IL FAIT SOIF !

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 20:37
MARATHON DE TOURS 2015

Quelques mois seulement après leur participation au marathon du Mont St Michel, Emmanuelle et Pascal, le couple multi-marathonien de l'association a pris la direction de Tours pour découvrir les bords de Loire, le château de Villandry et éventuellement améliorer leur chrono.

MARATHON DE TOURS 2015

"Après une préparation, cet été, sous la chaleur, nous sommes allés sur le marathon de Tours afin de découvrir les bords de Loire et de courir dans les jardins du château de Villandry. L'organisation de ce marathon est super de A à Z, retrait des dossards, les SAS de départ, pas de cohue, ambiance très sympa et en plus le soleil était au rendez vous ! Nous nous sommes placés dans le SAS des 3 h 45. Nous voulions essayer une nouvelle tactique : partir un peu plus vite que lors des marathons précédents pour baisser ensuite tranquillement, sachant bien que ce n'était pas ce qu il faut faire !!!! Grosse erreur !!!! Les 3 h 45 allant plus vite que l'allure demandée, nous nous sommes laissés entraîner, les avons suivi. 20ème km, un peu déçue, on ne fait qu'un passage éclair dans les jardins de Villandry ! 21 km en 1h 52. Au 30ème, tout allait encore pas trop mal mais le marathon ne commence réellement qu'au 30ème et on le savait ! Nous avons ensuite payé notre audace du début. les pieds avaient de plus en plus de mal à décoller à partir du 35ème km. Et pour finir de casser le moral, les meneurs d'allure des 4 heures me dépassent au 38ème km. Je cherche alors simplement à terminer en baissant de plus en plus le rythme. Finalement, grosse surprise, je termine en 3 h 59 à 1 ou 2 minutes près comme mes 3 précédents marathons. Les meneurs d'allure de 4 h ayant dû terminer en 3h 55 ou encore moins... Moralité, dans le marathon ne pas s'emballer, suivre sa vitesse pour apprécier jusqu’au bout le parcours, qui était très agréable et roulant, en campagne, le long de la Loire. Pour clore cette matinée, une paëlla était offerte avec un verre de rosé ou de rouge. Repas dégusté au bord de la Loire. ils savent organiser ces tourangeaux ! Félicitations aux organisateurs !"      Emmanuelle

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 12:38

 

 

DAUVERGNE Claire                    3:50:33

RENOUVEL Emmanuelle                3:57:23

RENOUVEL Pascal                      3:58:12

HUBERT Loïc                           4:06:15

HUBERT Antoine                       4:11:11

CHATEL Soizick                        4:13:49

CHATEL Stéphane                     4:13:49

LUCAS Gaëlle                          4:13:50

LEBRUN Daniel                         4:31:39

 

BRAVO LES CHAMPIONS !

Soizick et Antoine viennent de rejoindre le club des marathoniens. Félicitations !

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 09:22

 

"Nous sommes partis à 4 et avions prévu de ne pas courir ensemble. Erreur ou pas, je n’en sais rien. Premier semi et jusqu’à 25 km, que du bonheur ! J’arrive à modérer mon allure (c’est un défaut chez moi de partir trop vite), j’arrive à me ravitailler (pas mon fort non plus), à boire. Parfait. Je vois le Mont au loin, qui se rapproche doucement. Le parcours est très beau. Km 25 – 30, je me débrouille. Enfin… ça commence à tirer un peu, je commence à m’ennuyer. Et ce vent qui me taquine… Km 32 - 33? Ouh la la, mais que se passe-t-il ? Le meneur des 4 heures me dépasse à toute allure ! Fini le rêve des moins de 4h (3h58, j’aurais adoré battre mon record). Et il me reste encore 10 km à faire… Plus du tout motivée. Mais qu’est ce je fais là ? Km 34 – 35 ? Ouf, un ravitaillement. Je prends mon temps et je me fais secouer par Soizick et Stéphane. Ils viennent de me rattraper et jusqu’à l’arrivée, Stéphane ne cessera de me relancer, de me motiver. Quand à Soizick, passée devant, elle m’attendra pour que nous fassions ensemble l’arrivée. Grand merci à eux deux ! Nous franchirons ensemble la ligne en 4:13 et des brouettes. Et vous allez sourire, la 4è personne, une collègue, est arrivée en… 4h13 et des brouettes aussi, mais nous ne nous sommes pas vues sur la course. Passée la petite déception du chrono, les courbatures estompées, le bonheur d’avoir bouclé 42, 195 km est bien présent. Et puis, on n’est pas à quelques minutes près dans la vie ! Suis inscrite pour le trail des Ebihens, pour accompagner une amie dont c'est la première course de 20 km. Donc, je devrais y aller doucement."    Gaëlle

MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015 (suite)

"Dimanche matin, tôt, nous prenons la direction de Cancale, je ne suis pas très fière dans la voiture, un premier marathon, c'est quand même l'inconnu... Je me rassure en me disant que ma préparation a été sérieuse et que je n'ai qu'un objectif, celui de finir, sans me blesser si possible! Je sais que je ne serai pas toute seule dans cette foule, puisque Stéphane a accepté de m'accompagner tout au long du parcours, comme il l'avait fait pour mon premier 10km il y a quelques années... Il n'empêche qu'en rejoignant à pied la ligne de départ, je me demande bien ce que je fais là... Départ, première côte (pas si difficile), premiers kilomètres, premier semi, tout va bien. Rythme correct, pas de douleurs, mon mollet qui me taquinait dernièrement s'est fait oublier, le temps maussade me convient, même si le paysage en est moins spectaculaire. Je m'alimente régulièrement, je m'hydrate régulièrement, l'ambiance est bonne tout autour et même si les jambes sont plus lourdes, le rythme un peu moins rapide, les kilomètres avancent et le Mont se rapproche. 30ème kilomètre passé, dans les polders, c'est plus dur, le vent se lève, la pluie arrive... Vivement la fin! Mais je suis toujours contente, je croise des cousins venus soutenir la famille, c'est sympa, on papote (enfin surtout eux!) un kilomètre, un de plus de fait! Un peu plus loin, on retrouve Gaëlle, on s'est préparée ensemble, et bien on finira ensemble! Je continue sur mon rythme, j'ai peur de coincer aussi si je ralentis, je l'attendrais plus tard, avant la ligne. Les spectateurs sont bien présents sur les derniers kilomètres, un vrai plus, tous ces encouragements par nos prénoms (qui figurent sur les dossards, très bonne idée) nous permettent d'oublier la fatigue, les jambes lourdes, les pieds qui font mal... et c'est l'arrivée, 4h13, cela me va très bien! Au final, pas de blessure (ouf), j'ai souffert bien sûr, mais j'ai surtout pris du plaisir. Merci donc Gaëlle de m'avoir entraînée dans cette aventure.... et merci Stéphane de m'avoir soutenue pendant le parcours!"   Soizick

"Ca y est, c'est fait ! Sacré marathon et sacré temps (pluie + record perso 3h50)! Tout va bien, de bonnes sensations et une semaine de repos jusqu'à dimanche prochain où je ferai une petite sortie. Bises et merci pour les encouragements !"    Claire

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 08:39
MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015

Cette année huit adhérents de l'association (Claire, Emmanuelle, Gaëlle, Soizick, Stéphane, Daniel, Loïc et Pascal, ainsi qu'Antoine le fils de Loïc et Isabelle ont pris le départ du mythique marathon du Mont Saint Michel. Robert et Christophe devaient prendre part à cette épreuve mais malheureusement des pépins physiques ont troublé leur préparation. Ce n'est que partie remise ! Le marathon vert sera leur prochain objectif !

MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015
MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015

"Un dimanche pluvieux pour cette épreuve. J’ai bien couru jusqu’au 30ème km, le mal de dos m’a pris à cet instant et j’ai fini le marathon en roue libre avec le sourire à l’arrivée. Dans ces épreuves, la solidarité est forte. J’ai couru les 7 derniers kms avec un coureur qui n’avait plus de jambes. Avec la volonté, beaucoup d’entre nous peuvent participer un jour à un marathon !"  Daniel

MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015

"Départ matinal, 6h20, ce dimanche matin sous une pluie battante, en pensant à nos deux blessés Christophe et Robert. Nous étions 5 coureurs et 2 courageuses, Isabelle et l'amie d Antoine. La pluie s'est atténuée heureusement dès le départ pour revenir à 10 kms de l'arrivée. Nous redoutions de voir le Mont Saint Michel tout au long du parcours, mais en fait on l'aperçoit seulement ponctuellement et cela nous a motivé. Il est vraiment majestueux ! Nous avons été soutenu par les Vezinois qui n'ont pas hésité à se lever tôt pour nous applaudir et nous les remercions vivement (Isabelle, l'amie d'Antoine, Annie, Aurélie et nos 2 blessés Christophe et Robert). La première côte passée, le parcours est très plat et un peu monotone. A noter, que pour un marathon aussi prestigieux, l'organisation n'est pas trop top ! Sas de départ où les meneurs d'allure n'ont pu se positionner et d autres petits détails à revoir !  C'est tout de même long 42 km !"   Emmanuelle et Pascal

MARATHON DU MONT SAINT MICHEL 2015

"Une météo assez favorable pour un marathon car il ne faisait pas trop chaud mais je pense que les coureurs comme les sepctateurs auraient apprécié quelques rayons de soleil. Les gars recupèrent bien de leur marathon même s'ils avaient du mal à monter les escaliers hier. A la fin du marathon, ils étaient bien contents d'avoir fini et surtout rassasiés d'avoir avalé autant de kilomètres (entrainement et course). Puis lundi, ils étaient déjà pleins de projets pour un futur marathon. Quand ? Lequel ? Mais bien decidés à renouveler l'expérience. C'est le côté magique de la course à pied !"     Isabelle

Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 22:59

affiche2014_250.jpg

 

Le marathon de la Rochelle ne faisait pas encore partie du palmarès de notre association, c'est maintenant chose faite. Le dimanche 30 novembre quatre coureurs se sont élancés sur un parcours de 42 Kms dans la ville de la Rochelle. Claire, Christophe, Arnaud et Philippe ont connu fortunes diverses sur cette longue distance.


la-rochelle_2096-1.jpg

 

"De bonnes conditions pour la 24 ème édition du marathon de La Rochelle : le soleil, la bonne ambiance, 10 000 participants motivés... Nous étions 4 adhérents de l'association à courir, avec l'envie de battre notre record personnel. Mission accomplie pour Philippe Dauvergne ! Chacun a fini heureux de sa course, malgré des crampes terribles pour Philippe (Guilhermet). Le parcours dans la ville de deux boucles est très sympa et les groupes de musiciens tout au long, très performants. Une course à faire !!!"   Claire

"Je n'ai fait que 35 km... La faute à ces satanées crampes ! Un peu déçu, mais c'était quand même une belle journée sous le soleil de La Rochelle."   Philippe

"J'ai stoppé mon effort au 28 km ... pour apercevoir Philippe et claire. J'ai rejoins l'arrivée péniblement en course et tranquillement à la marche sur les 10 derniers km."   Arnaud

"Beau week-end pour courir, au bord de l'océan ! Le parcours n'est pas ennuyant car il est assez sinueux et les Rochelais(es) sont toujours présents pour nous encourager. J'ai eu froid assez longtemps, j'ai fait une course régulière, avec des contractures aux mollets sur les deux derniers kilomètres. j'ai bien récupéré, maintenant je pense déjà à la suite pour m'accrocher aux 3H45... Enfin peut-être !"    Philippe



Repost 0
Published by Courir à Vezin - dans MARATHON
commenter cet article

Présentation

  • : COURIR A VEZIN
  • COURIR A VEZIN
  • : Footing et Marche nordique ouvert à tous le dimanche matin à 10 heures. Rendez-vous au CRAPA. Pour les débutants, parcours et durée Limités. Entraînements : mercredi : 18 h (fractionné), jeudi fractionné sur la piste du Rheu à 18 h 30, vendredi 18 h (endurance), dimanche 10 h : sortie longue, course ou sortie extérieure.
  • Contact

Recherche Sur Le Site